Accéder au contenu principal

Ouverture "Universal Studio", M8/650m, Rognon du Plan, 3601m.

Versione italiana seguendo , grazie Marco Romelli
« Ne pas se contenter de mettre les pieds dans les traces creusées par l'effort des pionniers. Être digne de l'héritage. » M. Gaston Rébuffat.
C'est un privilège rare que de pouvoir encore trouver des lignes vierges dans ce magnifique DisneyLand qu'est le massif du Mont-Blanc. Si certaines fois, Disneyland est pris dans le sens d' usine à sensation accessible à tous...ceux qui peuvent payer, personnellement je préfère le voir comme un lieu où l'imaginaire y est sans fin. Peut être ne sommes nous qu'une petite poignée à suivre ce que disait l'ami Walt "Garde tes rêves au plus profond de toi, et un jour ils se réaliseront". A l'inverse des premiers à qui il faut tout, tout de suite, nous autres cultivons la patience. Patience d'être enfin capable d'y aller techniquement, patience d'étre capable d'y aller moralement, patience que la Montagne offre des conditions de réalisation car Il faudrait être fou pour aller contre la volonté de celle qui nous tolère!!!!  Avec bonheur, au gré des saisons, je vois les paralpinistes, wingsuiters, slakeliners et riders s'approprier à leur tour ces magnifiques espaces pour y réaliser ce qu'un jour ils ont seulement à peine oser imaginer. 
Longtemps, j'ai cherché la raison qui m'attirait chaque Printemps vers ce versant des Aiguilles de Chamonix. Samedi dernier, lors de ma énième "Contamine" en face sud de l'aiguille du midi, j'assurais distraitement mon ami Simon  alors que mon regard était encore aimanté par le coté Ouest du Plan. D'un coup, une vieille photo me revint en tête. Une photo en noir et blanc, austère, probablement signée Tairraz qui était accrochée chez mes grands-parents. Sans savoir où c'était, sans même savoir réellement qu'un jour je ferais de l'alpinisme ma passion, je passais des heures à observer cette image dont les lignes de verticalité m’impressionnait tant ! Une fois de plus, je me rends compte de la belle influence qu'ils ont eu sur le moi que je suis devenu.
La petite graine d'ou tout est parti. De retour d'une séance de pan à l'EMHM en fin de journée d'automne, les dièdres supérieurs apparaissent comme des évidences.
Pour "imaginer" ce genre de ligne, il faut 2 choses.
 - Ne pas être focus uniquement sur les sommets médiatiques, nos anciens n'étaient ni aveugles, ni cul de jatte ! Il faut prendre le temps de regarder chaque face dans le détail, lui prouver notre intérêt car il faudra de l'assiduité pour que l'itinéraire se construise d'une façon qui corresponde à la logique de son créateur. 
- S'user la rétine à chercher ces lignes qui ne se laisse entrevoir que par celui qui les cherche. Savoir interpréter les ombres portées par les variations d'éclairage et les traits éphémères laissés par l'enneigement propre à chaque saison.

Puis s'y mettre, il faut cesser de discourir et (enfin) passer à l'action.







L'attaque se situe juste à droite de L1 de « Fin Givré », ressaut glacé évident.
L1, 55m, M4 : court passage mixte puis couloir puis rampe à droite sur 10m à 80°
L2, 40m, M6+ : poursuivre par un plaquage mixte. Contourner le petit toit par la gauche (délicat). Finir par 10 m de glace pas raide.

L3, 55m, M5 : dièdre sur 15m. Au niveau du repos partir à droite pour rejoindre des dalles fissurée puis pente de neige.

L4 : Poursuivre à corde tendu en longeant d'abord la dalle compacte en main gauche jusqu' à une goulotte cachée qui oblique à gauche. Continuer dans la grande pente de neige, remonter « Sylcris » sur 30m jusqu'à apercevoir un laminoir à 30m du sol.

L5, 50m, M7+ : Commencer des plaquages raides et expo sur 20m jusqu'à atteindre un petit laminoire, 15m. A sa sortie tirer à droite en mixte sur 15m.

L6, 50m, M7 : pousuivre droit dessus jusqu'à une petite vire puis dièdre jusqu'à une énorme écaille décollé en forme de « nageoire de requin » dixit Simon.

L7, 40m, M7 : Contourner la nageoire par la droite puis suivre l'écaille en revenant à gauche. A son extrémité, on est alors quasiment à la vertical du relais, remonter une fine fissure, 8 m, très raide mais bons coincements de lame, piton sur le haut. Arrivé à la fin des difficultés, traverser à l'horizontale à gauche, fissure horizontale. Repérer une micro-fissure horizontale (3m) qui méne à gauche. On fait relaie au départ de cette fine fissure. Il est probablement possible de faire différemment peut étre à gauche depuis le relais...
L8, 40m, M6 puis C1 (artif facile sur camalot ou 6a+ dans ce cas il sera prudent d'avoir 2 et 3 en triple) : traverser la fine fissure puis rejoindre au mieux le sommet de la fissure.
On voit bien la fine fissure horizontale qui permet la traversée!
L9, 50m, M7 : suivre un dièdre incliné vers la droite (soutenu, pas de pied) puis langue de glace puis diédre encore soutenu. Relais au fond de l'arche sur n°4.
L10, 35 m, M6 : traverser à gauche sur 5m puis droit au-dessus (gérer le tirage), remonter un goulet qui rejoint la pente de neige que l'on traverse horizontalement jusqu'à rejoindre la base du grand diédre final (ci-dessous).

L11, 35m, M6+ physique : diédre.
L12, 40m, M8 : diédre soutenu sur la fin. Relais sur une bonne marche.
L13, 55m, M6 : Droit au dessus dans des blocs moussus puis neige jusqu'à l'aréte terminal de « Midi-Plan », 1h30 / 2h jusqu'à l'Aiguille du Midi.

Probablement la plus soutenue des voies du secteurs.
C'est raide, non ?
Info horaire : approche : 2h, attaque à 6h00, Pied du bastion (L5)  à 9h00. Sommet à 18h00,

Matos : 1 attache de 55m, 1 jeu complet 000 à 4, doubler du 0,1 au 2, 1 broche.

Petite aparté sur le nom, il est dû au fait qu'au départ et à l'arrivé de la course, nous nous sommes trouvé en plein tournage de 2 films à long métrage différents !




Aiguilles de Chamonix, Gruppo del Monte Bianco (Haute-Savoie, Francia)
Rognon du Plan 3601 m – parete ovest
Universal Studio
Jeff Mercier, Simon Chatelan, 5 maggio 2016
650 m. M8

Materiale: singola corda da 55 m, serie completa di friend (dalla misura 000 alla 4 BD, doppie dalla 0,1 alla 2) 1 chiodo da ghiaccio.

Accesso: da Chamonix prendere la funivia dell’Aiguille du Midi e scendere alla stazione intermedia del Plan de l’Aiguille. Raggiungere il Glacier des Pélerins e risalirne la morena destra or. fino alla fine. Lungo il ghiacciaio superare la base del Peigne e dell’Aiguille des Pélerins puntando alle ripide pendici della parete ovest del Rognon du Plan. È possibile trovare una traccia che si dirige agli attacchi di Fil à Plomb e della Goulotte du Col du Plan. Lasciarla a destra e salire all'attacco di Fin Givré. La nuova via parte appena a destra.

Descrizione:
L1: corto passaggio su misto, canale, poi rampa a destra (80° su 10 m). M4, 55 m;
L2: proseguire su un plaquage misto. Aggirare a sinistra un piccolo tetto (delicato) e uscire su 10 m di ghiaccio poco ripido. M6+, 40 m;
L3: seguire un diedro di 15 m quindi, a livello del primo punto di riposo, andare a destra per raggiungere delle placche fessurate e il successivo pendio nevoso. M5, 55 m;
L4: continuare in conserva, aggirando a sinistra una placca compatta, fino a trovare una goulotte obliqua da sinistra a destra che conduce in un grande pendio nevoso. Risalirlo e incrociare la via Sylchris. Seguirla per 30 m fino ad individuare un laminoir a 30 m da terra.
L5: alzarsi per dei plaquages ripidi ed esposti fino a raggiungere il laminoir. Superatolo andare a destra, su misto, altri 15 m. M7+, 50 m;
L6: continuare dritti fino a una piccola cengia, quindi scalare un diedro e raggiungere una enorme scaglia staccata a forma di pinna di squalo. M7, 50 m;
L7: aggirare a destra la pinna, quindi seguire la scaglia tornando a sinistra. Alla sua estremità ci si trova quasi sulla verticale della sosta precedente. Affrontare una fessura fine di 8 m, molto ripida, che offre dei buoni incastri di lame (chiodo in alto). Alla fine delle difficoltà traversare a sinistra seguendo una fessura orizzontale. Individuare la successiva, sottile fessura sempre orizzontale che parte verso sinistra. Fare sosta all'inizio di questa fessura. M7, 40 m;
L8: traversare a sinistra grazie alla fessurina, M6 e artificiale facile su friend, oppure 6a+ (meglio avere triple misure BD 2 e 3), 40 m;
L9: seguire un diedro inclinato a destra (sostenuto), poi una lingua di ghiaccio, poi di nuovo un diedro sostenuto. Sostare su friend grosso (BD 4). M7, 40 m;
L10: traversare 5 m a sinistra, quindi salire dritti (attenzione agli attriti) e prendere un canalino che esce su un pendio nevoso. Attraversare il pendio orizzontalmente fino alla base del grande diedro finale. M6, 35 m;
L11: diedro, M6+ atletico, 35 m;
L12: diedro, sostenuto alla fine, sosta su buon gradino. M8, 40 m;
L13: dritti per blocchi, quindi neve fino a uscire sulla cresta Midi-Plan. M6, 55 m.

Discesa: lungo l’itinerario classico della cresta Midi-Plan (AD) fino alla funivia dell’Aiguille du Midi (prevedere dei tratti in salita).


Posts les plus consultés de ce blog

Le Trailpinisme.

Courir ne m'intéresse pas ! Plus que mon esprit, mon corps est contre ! Il y a un an, allez savoir pourquoi je propose à mon épouse un petit footing, le premier depuis 18 ans. On part tranquille, et bim après 20 minutes, un claquage !!!! Bref, plus jamais. Néanmoins, le monde mystérieux des trailers m'interroge. Je veux bien comprendre que quelques extra-terrestres s'enquille un Tour du Mont-Blanc en deux dizaines d'heure mais les 2000 autres, ils font comment ?! Ce sont eux, les finishers de la dernière heure, ceux qui ont tout donné, ceux qui descendent la rue Vallot avec les jambes flagellantes, qui m'ont inspiré quand, au milieu des années 2000, j’assistais à l'arrivé de l'UTMB. La barrière horaire est grosso modo placée à 24h, inconsciemment j'additionne les horaires de quelques voies "classiques". Montée au refuge + approche + ascension + retour, à la louche je m'amuse à y ajouter les délais sans emprunter les remontés mécaniques. Ma…

Light, fast et sans cervelle

C'est une nouvelle catégorie dans le monde de l'alpinisme, facilement repérable grâce à leurs tenues tirées à quatre épingles, le sac de 30 litres sur le dos, la Suunto au poignet, les petites chaussures de randonnée à 300 gr et les skis à 800 euros, les formules 1 de la montagne en jette un maximum dans les files d'attente des téléphériques. Des images de Killian et d'Ueli plein les yeux, ils ne sont pas là pour plaisanter, d'ailleurs n'ont ils pas parcouru la Grande Face Nord à la journée, en moins de 9 heures 28 minutes 45 secondes et 30 centièmes !!! Par grand beau temps, sans vent, quand il n'y a qu'à suivre la tranchée laissée par la foule, l'illusion est parfaite : le light'n fast, c'est de la bombe, en plus j'ai eu 35 likes sur mon Facebook, demain c'est sûr je serais sponso'. Mais la montagne est exigeante ; si elle sait laisser sa chance une fois, tous les coups ne seront pas gagnants. Pour tenter d'étre à la haute…

"Le Mont-Blanc interdit" pour les nuls

227 ans que des gens montent au Mont-Blanc.
227 ans pendant lesquels la manière d'atteindre son sommet à été laissé au libre arbitre des prétendants.
En 2012, on vous l'avait annoncé. En 2013 ça se concrétise, et bien oui, "le changement sur le Mont-Blanc, c'est maintenant".

 2 couches pour mieux comprendre !
Le niveau technique "Peu Difficile" de la voie Royale, en condition idéale permet à n'importe quelle personne de bonne constitution d'atteindre le sommet du Mt-Blanc sans rien maîtriser des éléments connus de tout alpiniste averti ( S'encorder et comment correctement le réaliser, glissade et comment l'arrêter,  chute en crevasse et comment en remonter, Mal Aigü des Montagnes et comment percevoir les symptomesr, signes météo et comment les interpréter, brouillard et comment s'orienter, mauvais temps et comment s'en protéger....)
La constatation : beaucoup de monde tente la bosse CE QUI ENTRAÎNE QUE les infrastructures présente…